dimanche 25 septembre 2016

Edito Météo Blois - Semaine du 26 septembre au 02 octobre 2016

Encore une semaine très douce et agréable. En effet, une nouvelle poussée anticyclonique suivra le petit coup de mou de ce dimanche. Les températures seront même pratiquement estivales en cours de semaine.


Puissant anticyclone pour la semaine
Puissant anticyclone pour la semaine

Ce n'est que vendredi que le temps recommencera à se mitiger sur les côtes bretonnes et normandes en raison du décalage de l'anticyclone vers l'est. Le week-end devrait voir un passage plus ou moins perturbé entre samedi et dimanche, car les assauts atlantiques ne manqueront pas de s'engouffrer dans la brèche laissée par l'anticyclone.

Probable front perturbé pour le week-end
Probable front perturbé pour le week-end
Pour la semaine suivante, la tendance actuellement envisagée par les modélisations opérationnelles irait vers une certaine forme de copier-coller de ces deux dernières semaines, donc un temps plutôt anticyclonique en cours de semaine. Sur les ensemblistes, on peut voir que la fiabilité est particulièrement mauvaise, mais les anticyclones ont l'air de faire de la résistance. On ne sait pas trop comment ils vont évoluer, leur positionnement est assez aléatoire avec un jet qui ondule de façon très chaotique ce qui rend toute anticipation du temps sensible délicate. Mais il faudra probablement compter sur eux car des blocages de goutte froide ou de blocs types omega restent possibles sur le pays même si ce genre de scénario est minoritaire. Sur la globalité donc, il semble peu probable d'avoir des précipitations importantes dans les deux prochaines semaines.

dimanche 18 septembre 2016

Edito Météo Blois - Semaine du 19 au 25 septembre 2016

Voici l'automne, et le moins que l'on puisse dire c'est que le contraste est saisissant. De 33°C mardi, on a perdu 13°C dès le lendemain et si l'on inclut la journée de vendredi, la différence totale est de plus de 17°C en 3 jours. Ce week-end, nous sommes un peu en-dessous des normes de septembre, mais rien d'extraordinaire non plus, ces écarts sont tout-à-fait classiques de saison.

De manière factuelle, ce qui nous attend cette semaine, c'est donc bien un temps d'automne. Le temps sera généralement calme partout en France sous influence de l'anticyclonique scandinave, avec des températures de saison oscillant entre 16 et 20°C selon les jours. Météo France prévoit des brumes cette nuit et demain en région centre, et un temps qui restera globalement assez nuageux avec parfois des ondées faibles et localisées. Ce temps s'améliorera quelque peu au cours des jours suivants, avec un retour du soleil en journée alternant avec des passages nuageux. Mais l'automne est bien en place, et on retrouvera toujours un risque de brumes matinales notamment jeudi. Vendredi, la situation pourrait se dégrader en raison de l'affaiblissement de l'anticyclone mais la fiabilité n'est pas très bonne. Une poussée de l'anticyclone des Açores pourrait toutefois concerner le pays et conserver un temps assez agréable.

Décortiquons maintenant cette météo d'un point de vue plus technique. La situation météo est bloquée à nouveau, un anticyclone faisant de la résistance sur place du côté de la Scandinavie, pendant que l'atlantique tentera divers coups de boutoir dépressionnaires sur les îles britanniques, mais sans jamais trop arriver à percer sur la France. Déjà reléguées à d'assez hautes latitudes par un vaillant anticyclone atlantique, les dépressions vont glisser le long des hautes pressions vers le nord. Notre pays fait la jonction entre ces deux centres anticycloniques, et se retrouvera donc dans un marais barométrique indiqué par la quasi-absence de lignes d'isobares sur la carte synoptique.

Anticyclone sur la scandinavie, marais barométrique sur la france et assauts dépressionnaire atlantique.
Anticyclone sur la scandinavie, marais barométrique sur la france et assauts dépressionnaire atlantique.
Ce genre de situations est propice aux brouillards en présence de masse d'air humide, ce qui est le cas ici. De plus, nous sommes sous le flanc sud-ouest de l'anticyclone scandinave, situation propice aux subsidences créant des inversions. L'humidité, avec un vent généralement calme voire absent, favorisera le développement de brumes et brouillards plus ou moins localisés, notamment dans les vallées. Ils se dissiperont sans mal en journée par la force du soleil.

Les risques d'ondées en début de semaine seront dûs à l'apport d'air frais par l'est, via la dépression située sur l'Ukraine issue de la goutte froide de ce dimanche. Cet air frais fera baisser la pression en altitude et entretiendra une branche résiduelle de courant jet sur la France, associée à quelques petites divergences d'altitude propices à amplifier les petits mouvements convectifs au sol.


Petite branche du courant jet entretenue par la dépression ukrainienne.
Petite branche du courant jet entretenue par la dépression ukrainienne. On distingue également le courant jet principal dévié vers le nord par l'anticyclone.
L'anticyclone scandinave va s'affaiblir vendredi sous les coups d'un puissant creusement dépressionnaire. On peut voir cette puissante activité sur la carte de tourbillon absolu, où l'on matérialise l'intensité de la cyclogénèse. Ce sapement brutal pourrait laisser la part belle à une perturbation sur la France, ce qui explique probablement le degré d'incertitude indiqué par Météo France.


Intense activité cyclonique sur les îles britanniques qui vient saper l'anticyclone scandinave.
Intense activité cyclonique sur les îles britanniques qui vient saper l'anticyclone scandinave.


Plus à l'ouest sur l'Atlantique, on distingue également une importante activité cyclonique avec de nombreux et chaotiques noyaux de tourbillon absolu. Celle-ci va déformer le champ anticyclonique et provoquer une poussée de l'anticyclone des Açores vers le "trou" laissé par l'anticyclone scandinave. Cette évolution étant "pilotée" par un jet puissant, elle ne peut pas être abordée de manière totalement fiable à une telle échéance. Ceci contribue également à l'indice de fiabilité 2 émis par Météo France sur cette période et la suite des évènements pour le week-end.

dimanche 11 septembre 2016

Edito Météo Blois - Semaine du 12 au 18 septembre 2016

On était dans le flou total lors du dernier édito, mais cette fois ça y est : le temps va changer. C'est qu'un sacré bazar se met en place sur l'atlantique depuis quelques jours, qui a été assez chaotique à modéliser. Les restes de deux cyclones vont en effet se coupler à un renforcement du jet du côté de Terre-Neuve, pour créer un véritable toboggan d'air frais.

Dans un premier temps, ce sont les restes d'Hermine qui vont contribuer à creuser un vaste thalweg qui viendra buter sur les hautes pressions continentales. Celui-ci se refermera progressivement entre la péninsule ibérique et le golfe de Gascogne pour former un bloc oméga, une configuration anticyclonique qui constitue un système de blocage très résistant avec un pompage d'air chaud important.

Bloc oméga une fois mature
Bloc oméga une fois mature

Dans un premier temps donc, il fera très chaud lundi et mardi. Mais en remontant vers le nord et contournant l'anticyclone, Hermine favorisera le déplacement vers l'est du bloc. Cela instabilisera fortement l'atmosphère sur la façade ouest du pays, et particulièrement dans le sud-ouest, des orages forts y semblent très probables mardi soir. Notre Loir-et-Cher sera en limite de la zone instable, des orages pourront également y déborder.

Peu mobile, la goutte froide se déplacera lentement vers l'est les jours suivants et instabilisera fortement les régions. C'est surtout entre mardi et mercredi que le centre devrait être touché par la zone active qui remontera par le sud. Celle-ci devrait ensuite former un arc de cercle de la Normandie au Nord, l'Est et la Suisse qui s'évacuera par le nord. Ce devrait donc être une journée plus calme au centre. Toutefois, un retour d'occlusion aura lieu sur la Bretagne, et une traîne se mettra en place par l'ouest.

Cette traîne sera vraisemblablement assez instable, avec constitution d'averses dont la localisation est imprévisible. La grande fête des salariés à Chambord de vendredi 16 a donc une certaine chance d'être perturbée par la pluie. Par la suite, l'évacuation du système vers l'est s'achèvera samedi, avec l'arrivée retardée pour cause d'anticyclone des restes de Newton. Cela pourrait bien être une journée très pluvieuse.

La chaleur sera donc belle et bien terminée cette semaine, avec le retour d'un plus classique flux d'ouest perturbé à partir du week-end, mais probablement assez atténué en raison du maintien de pressions élevées sur le continent.

dimanche 4 septembre 2016

Edito Météo Blois - Semaine du 5 au 11 septembre 2016

Toujours pas de pluie cette semaine. Malgré un début de semaine qui sera plutôt mitigé, le temps redeviendra excellent à partir de mardi avec des températures encore bien estivales, de l'ordre de 28-30°C encore en fin de semaine (>30°C jeudi). Il n'y a donc pas grand chose à dire, et l'on ne s'attardera pas là-dessus. Il est remarquable que le temps reste ainsi aussi estival en cette début septembre, et cela reste assez conforme aux prévisions saisonnières que nous avons déjà faites. Toutefois, cela pourrait changer à partir de la semaine suivante, car nous avions évoqué une possibilité de quinzaine très perturbée à la suite. Est-ce que cela va se vérifier ?

Fréquemment vers la mi-septembre, on observe les premiers assauts d'air polaire sur l'atlantique, qui ramènent un flux d'ouest perturbé sur nos côtes. L'anticyclone, bien que bloqué cette semaine, commencera à subir ces assauts à partir du week-end prochain, ce qui le repoussera vraisemblablement plus à l'est. Les cartes sont donc complètement redistribuées à partir de ce point, et la tendance est complètement aléatoire pour la semaine suivante, nous allons discuter de ce que nous proposent les modèles à ce jour.

Anticyclone repoussé vers l'est vers le 11 septembre 2016.
Anticyclone repoussé vers l'est vers le 11 septembre 2016.

Commençons par le GFS, le modèle américain, qui est le modèle opérationnel qui propose les prévisions les plus lointaines. Celui-ci voit un retour progressif à un flux orienté d'ouest, avec une circulation de dépressions sur les îles britanniques. Situées plus ou moins au nord, elles apporterons donc quelques perturbations sur notre pays, avec peut-être même un pic très pluvieux vers le 15-16. Mais le modèle GFS exagère certainement un peu ce scenario du "pire", ce qui est fréquent à de telles échéances. En réalité, sur sa version ensembliste qui prévoit 20 scénarios possibles, seuls 20% d'entre eux n'envisagent ne serais-ce qu'une goutte de pluie. En effet, il semblerais que les anticyclones restent assez tenaces et les 80% de scénarios restants sont donc secs, une partie d'entre eux correspond même à une poursuite d'un très beau temps.

Le modèle opérationnel européen CEP ne va que jusqu'au mercredi 14. Toutefois, lui, est nettement plus optimiste. Après un petit coup de mou de l'anticyclone vers le 11 septembre, notre fameux "point pivot", il prévoit une version encore très anticyclonique du temps, les perturbations étant reléguées encore très au nord, mais avec toutefois des incursions d'air frais par le nord-est. Le CEP a le même problème que son homologue GFS sur cette période : il varie beaucoup autour de la moyenne de son ensembliste, ce qui rend donc la prévision peu fiable.

Le CFS, modèle saisonnier qui a plus d'inertie face aux actualisations des données, est également peu pessimiste car il voit encore de belles dorsales anticycloniques qui font de la résistance. Ses moyennes mensuelles maintiennent un temps très anticyclonique, plus sec et chaud que la normale.

Alors qu'on se pose la question de savoir si le beau temps va continuer, et que la sécheresse commence à devenir inquiétante, on essaie de voir un peu plus loin si l'on voit quelques gouttes de pluie. D'après l'étude des modèles, la moyenne des scénarios reste autour des 1015 hPa et même plutôt nettement au-dessus. Il apparaît donc assez probable que le temps reste globalement très beau à une ou deux perturbations de faible intensité près, voire perturbations atténuées et sans pluie comme aujourd'hui. Mais on l'a vu, le meilleur et le pire sont mathématiquement possibles, la météo de cette année nous l'a d'ailleurs bien illustré. On suivra les évolutions des modèles avec intérêt : restez branché sur le fil twitter !

dimanche 28 août 2016

Edito Météo Blois - Semaine du 29 août au 4 septembre 2016

Après 5 jours de canicule et son florilège de records, voici enfin la fraîcheur au moment où j'écris ces lignes. Le 24 août, la station de Blois a explosé son record décadaire du 25 août 2000, en atteignant 37.9°C. Ce fut pour le département du Loir-et-Cher la journée la plus chaude de cet épisode. On profite ce dimanche d'un affaiblissement temporaire de l'anticyclone, qui permet de chasser la canicule vers l'est.

Nous pourrons donc profiter de deux jours d'accalmie salvatrices ce dimanche et surtout ce lundi, avec davantage de nébulosité accompagnée de petites ondées ça et là. Puis ce sera à partir de mardi le retour progressif de conditions anticycloniques. Le temps redeviendra estival, avec des températures en hausse progressive de jour en jour, pour passer de 24°C lundi à des 30°C en fin de semaine.

Notons que sur la péninsule ibérique, l'air reste très chaud, en provenance du nord de l'Afrique. Il reste donc "disponible" en cas de changement du flux au sud pour nous apporter un nouveau coup de chaud. Ce sera peut-être le cas vendredi, mais les modèles ne sont pas tout-à-fait bien calés. Les températures pourraient brièvement dépasser largement les 30°C en Loir-et-Cher, car une large dépression se creusera à l'ouest de l'Irlande, qui permettra une accélération du flux de sud-ouest avant une probable dégradation orageuse dans la nuit de vendredi à samedi.

Pour le week-end, la fiabilité n'est pas très bonne, mais il se peut que le temps reste assez dégradé notamment sur la moitié ouest du pays si la dépression en question reste bloquée par l'anticyclone continental. Mais le scénario "symétrique" est également possible, si l'évacuation ou le blocage se fait plus à l'est. Le Loir-et-Cher est pile au milieu de cette incertitude, le temps sera donc vraisemblablement assez instable voire maussade dans le pire des cas.

Pourquoi cette incertitude ? La faute en grande partie au cyclone tropical Gaston, qui vient se balader sur l'atlantique vers nos latitudes. Ce phénomène est assez fréquent en cette saison. Ayant sa dynamique propre, il est difficile à appréhender pour les modèles, et il apporte une grande dose d'incertitude à plus grande échéance : celui-ci peut continuer sa ballade erratique en zone de haute pression pendant un bon moment, ou bien être repris et absorbé dans la circulation d'ouest. Dans ce dernier cas, soit il disparaîtra complètement noyé dans le flux dépressionnaire, soit il se renforcera à nouveau en tempête pour finir quelque part en direction de l'Europe, ce qui peut apporter une dégradation du temps. C'est cette incertitude sur la façon dont il sera ainsi repris qui peut influencer notablement l'évolution dépressionnaire vers nos côtes.

L'ouragan Gaston 2016 en pleine balade
L'ouragan Gaston 2016 en pleine balade

Quand à l'évolution saisonnière, elle est assez délicate à appréhender pour septembre. Comme on l'a déjà évoqué précédemment, les modèles ont changé de scénario au cours du mois d'août, et il se dessine une anomalie dépressionnaire sur les îles britanniques. Cela présage de bons passages perturbés au cours du mois de septembre. En terme de répartition, il semble que le tout début de septembre puisse être assez perturbé pendant quelques jours. Puis une quinzaine anticyclonique apparaît probable, avant une seconde quinzaine bien plus perturbée - qui serait la principale source de l'anomalie dépressionnaire constatée sur le mois. C'est en tout cas un scénario qui ressort assez fréquemment sur la consultation du modèle saisonnier en mode "jour par jour", il ne s'agit en aucun cas d'une certitude absolue.